Accueil                 A propos                Confidentialité                 Blog                 Contact

Entrepreneuriat féminin : état des lieux

Entrepreneuriat féminin : où en est-on vraiment ?

Quand la recherche est à l’égalité, pourquoi les femmes devraient disposer d’une forme d’entrepreneuriat attitrée ? Nous n’entendons pourtant jamais parler d’entrepreneuriat masculin qui semble ainsi se fondre dans ce qui pourrait être apparenté à la normalité. Alors cette notion est-elle aujourd’hui une forme d’injustice ?

Être entrepreneur, c’est avant tout faire preuve d’une grande liberté d’esprit !

En effet, nous nous éloignons du principe d’injustice tout simplement car il n’est pas question aujourd’hui de parler d’égalité en terme de création d’entreprise, mais d’équité. Les femmes se confrontent à un grand nombre de freins lorsqu’il s’agit d’opter pour une vie professionnelle entrepreneuriale. Aussi bien endogènes qu’exogènes, les obstacles auxquels se heurte une femme sont bien souvent beaucoup plus nombreux que pour un homme et certaines mesures sont nécessaires pour les aider à les surmonter. Nous tâcherons alors d’esquisser les réalités de l’entrepreneuriat féminin d’aujourd’hui afin de mettre notamment en avant les initiatives mises en œuvre.

Entrepreneuriat féminin : où en sommes-nous de la parité ?

Les chiffres de la parité

En 2019, 40% des entreprises individuelles ont été créées par des femmes. Si la parité n’est pas encore atteinte, cette donnée est tout de même encourageante. Ces dernières années, l’évolution de ce chiffre tend à une augmentation très douce, mais tout de même présente. En 2000, seulement un tiers des entreprises individuelles étaient créées par des femmes.

Cependant, la route est encore longue. En effet, selon le baromètre de Sista, au rythme actuel il faudrait attendre 2090 pour atteindre la parité dans l’entrepreneuriat en France.

Une inégalité forte apparaît face à l’accès au financement. Bercés par de nombreux biais cognitifs, les investisseurs se dirigent davantage vers des start-up portées une équipe masculine. La conséquence ? Uniquement 2% des fonds dédiés au financement de l’entrepreneuriat sont levés par des start-up féminines.

À savoir également que certains secteurs vont être plus ou moins délaissés par les femmes. Si les jeunes entrepreneurs se dirigent aujourd’hui beaucoup vers le digital et l’innovation, cela reste majoritairement un mouvement masculin, et des thèmes comme la santé ou la communication forge une activité et un emploi davantage créés par les femmes.

Révélez votre talent d’entrepreneur !

Vous caresser secrètement des rêves d’entrepreneuriat et de création d’entreprise ? Vous avez envie de vous lancer dans la réalisation d’une idée ou d’un projet qui vous tient à cœur ? Vous avez toutes les bonnes raisons de penser que votre idée à de la valeur. Retrouvez sur cette page un récapitulatif de ce que signifie « Devenir entrepreneur » et plongez-vous dans l’aventure entrepreneuriale en validant une à une vos hypothèses et en confirmant votre marché.

Les obstacles à l’entrepreneuriat chez les femmes

L’écart entre femmes et hommes en entrepreneuriat serait dû à l’intériorisation faite de certains freins. La multiplicité des facteurs pouvant être un début d’explication concernant la disparité femme-homme dans le monde entrepreneurial est gigantesque, cependant nous pouvons nous intéresser à trois grandes différences/freins semblant ressortir de la dynamique générale.

  • l’aversion au risque

L’enquête Patrimoine de l’Insee met en avant une propension plus importante chez les femmes d’éviter les risques. Si créer son propre emploi peut être favorisé par la prudence, elle est cependant automatiquement bercée par le risque. Ainsi, en notant une aversion au risque plus fort chez les entrepreneures, cela s’élève comme une première barrière à l’accès du développement d’un projet.

  • la confiance en soi

Le manque de confiance en soi est plus présent chez les femmes que chez les hommes. En confère le syndrome d’usurpation davantage féminin se résumant par la notion de « Je ne mérite pas cette place ». Au-delà même d’un manque, les femmes peuvent souffrir des conséquences de biais cognitifs. Par une transmission culturelle et sociale de visions stéréotypées se dessine le bais de « sur-confiance » (ou confiance excessive) davantage rattaché à l’homme est, également, propice au lancement d’un projet entrepreneurial.

  • le leadership

Le rapport entre leadership et féminité entérine sa fragilité par le biais de deux angles. Le premier étant une question d’éducation et de contexte socio-culturel qui plonge la femme dans un monde où l’homme serait meilleur leader. Dès lors, la propension à se diriger vers cette responsabilité s’amoindrit. Le second étant une conséquence directe du premier : la mise en pratique des idées inculquées. Face au monde professionnel, les femmes vont être moins soutenues dans leur démarche de leadership, cette dernière étant jugée souvent moins efficace que celle des hommes. De quoi être découragée…

Les initiatives actuelles de l’entrepreneuriat féminin

Alors pour faire face à ces contraintes, à ces freins, quelles sont les marges de manœuvre à disposition d’une entrepreneure ?

De nombreuses initiatives ont été mises en place pour favoriser le factuel au détriment des barrières subjectifs qui empêchent la parité de faire son nid. L’entrepreneuriat, c’est la rencontre entre une idée qui résout un problème et une histoire de vie. Cela est vrai pour tout le monde, hommes et femmes. L’objectif est alors de trouver les leviers permettant de passer à l’action et de s’ouvrir à la possibilité d’entreprendre, sans oublier qu’il peut s’agir d’un chemin difficile. Il passe nécessairement par l’acquisition d’un sentiment indiscutable de légitimité, la compétence en étant la preuve tangible et le sens, le moteur.

Les incubateurs pour les entrepreneures

Afin de favoriser l’entrepreneuriat féminin, l’un des meilleurs moyens s’inscrit dans l’accompagnement entrepreneurial s’attaquant aux difficultés propres des entrepreneures.

Le réseau Les Premières est constitué de multiple incubateurs implantés sur l’ensemble du territoire français. Ces derniers offrent un accompagnement aux femmes et aux équipes mixtes dans la création de leur activité à l’aide d’une méthodologie mêlant des services d’accompagnement individuel, de coaching et de formation.

Avec pour objectif la démolition du plafond de verre, l’association Wif (Women Initiative Foundation) tend à contribuer au succès des entrepreneures en offrant des solutions de mentoring personnalisées et des formations spécialisées dans les problématiques entrepreneuriales.

Femmes Business Angels a pour objectif promouvoir la place des femmes dans l’économie et plus précisément dans l’entrepreneuriat en organisant un réseau de « business angels » uniquement féminin. Ces dernières vont personnellement investir et accompagner les start-up sélectionnées.

Les réseaux

Starther est une association soutenant les femmes dans la tech et l’entrepreneuriat. Forte d’une grande communauté, elle se présente comme une riche source d’inspiration, d’informations, de contacts et de réseaux pour les entrepreneurs. Elle nourrit un écosystème puissant grâce à ses services d’organisation d’événements et la production de nombreux contenus.

Assumant divers rôles allant du média consacré à l’empowerment au prix annuel, Business O Féminin est avant tout un réseau international de femmes entrepreneures permettant d’entretenir ses contacts et un rythme de coaching.

Les concours

Organisé par Initiative Ile-de-France, ce concours est ouvert à toute femme ayant ou reprise une entreprise/association et dont le siège social est en Ile-de-France. Cet organisme se donne une mission de sensibilisation, d’accompagnement, de valorisation et dynamisation de l’écosystème entrepreneurial féminin. Ce concours qui récompense diverses catégories clôture son appel à candidatures le 30 septembre pour l’année 2020.

Porté par La Ruche, ce concours ouvre les portes à un programme d’accélération en 9 mois pour les start-up sociales françaises dirigées par des femmes et incluant une solution numérique ou tech.

L’étude de l’entrepreneuriat féminin en Afrique

En Afrique, les femmes représentent 58% des personnes travaillant à leur compte. À l’échelle mondiale, ces données élèvent le continent au premier rang concernant le nombre de femmes entrepreneures.

Une telle dynamique est soutenue par des initiatives telles que Women in Africa, « première plateforme internationale de développement économique et d’accompagnement des femmes africaines leaders et à haut potentiel ».

Avec son programme WIA 54, cette fondation soutient l’entrepreneuriat féminin en Afrique via la mise en place d’un réseau et d’un système global favorisant les dynamiques entrepreneuriales : bootcamp, formation, espace de travail, rencontres…

Si WIA agit sur un large champ entrepreneurial, elle partage son chemin avec une multiplicité d’autres acteurs soutenant l’entrepreneuriat féminin africain. L’APEFE en est un bon exemple, puisque ce programme soutient l’essor de projets dans l’agroalimentaire portés par des femmes au Sénégal, le premier pays africain en matière d’entrepreneuriat féminin.

Pour accompagner les porteurs de projets, l’offre d’incubation française est l’une des plus dense du monde. Mais pour choisir l’incubateur ou l’accélérateur qui vous aidera à atteindre les étoiles, il convient d’identifier les avantages et inconvénients des incubateurs privés et publics.

Entrepreneur PIC ou CAP ? Afin de mieux cerner ses ambitions et comprendre ses réactions, il est intéressant de connaître le type d’entrepreneur que l’on est. Semblant anodin, le travail de recherche autour des profils de l’entrepreneur est très important car il permet de créer des repères dans certains mécanismes de travail et de création. Mais quels sont ces profils ? Et qu’est-ce qui influence un créateur d’entreprise ? 

La France est championne d’Europe des incubateurs : 270 dont 1/3 à Paris, comme le plus grand incubateur du monde, Station F. Trouver le bon incubateur, c’est trouver l’incubateur qui répondra aux besoins spécifiques de votre projet et qui apportera les ressources nécessaires au démarrage et au développement de votre activité. Alors…

Bénéficier d’un accompagnement, déployer son réseau, recevoir une dotation… Les raisons de postuler à un appel à projets peuvent être nombreuses pour une start-up. Une recherche approfondie vous permettra de trouver le bon appel à projets, découvrez nos conseils pour augmenter vos chances de succès !

Qu’avons-nous appris ?

  • L’entrepreneuriat féminin est en bonne voie dans l’économie française actuelle, même si son progrès est lent : 40% des micro-entreprises aujourd’hui sont créées par des femmes.
  • L’une des plus grandes disparités entre hommes et femmes dans la création d’activité apparaît surtout à l’étape des demandes de financement.
  • Les initiatives sont de plus en plus nombreuses en France pour lever les freins et soutenir les femmes à la création d’entreprise via des services d’accompagnement, de formation et de concours.
  • La valorisation de la compétence est la clé du développement d’un entrepreneuriat paritaire.
  • L’Afrique est aujourd’hui un exemple en matière d’entrepreneuriat féminin puisque les femmes portent les dynamiques entrepreneuriales du continent.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Nous n’écrivons pas souvent, vous ne recevrez que nos plus belles pièces de contenu pour faire avancer votre projet.