Accueil                 A propos                Confidentialité                 Blog                 Contact

Coaching start-up : est-ce fait pour vous ?

L’entrepreneuriat est une voie particulièrement complexe, un très grand nombre de business ne dépassent pas le stade du lancement, plus de 25% ne survivent pas à la deuxième année et 50% ne passent pas le cap des 6 ans.

En effet, bien que l’éducation évoluent petit à petit, nous sommes encore très peu formés à la démarche entrepreneuriale. La plupart des créateurs de projets, de startups ou d’autres types de business se retrouvent alors souvent seul face à leurs projets.

Entreprendre cela s’apprend, certes par le biais de tentatives et d’échecs, mais aussi grâce à une formation ou un accompagnement de qualité.

Les incubateurs et accélérateurs sont de bonnes solutions, augmentant nettement le taux de survie des entreprises. En revanche on s’aperçoit que si elles aident beaucoup dans la phase de lancement, certaines sont moins efficaces par la suite.

En effet chaque phase s’appréhende différemment et la croissance nécessite elle aussi des compétences et un coaching spécifique.

C’est face à ces besoins, peu importe le stade d’avancement, qu’interviennent ceux que l’on nomme coach de start-up.

Experts, mentor, accompagnant ou coach, ils ont bien des noms et beaucoup les confondent. En réalité si leur mission reste la même, aider et booster les entrepreneurs, leurs méthodes diffèrent.

profil d'entrepreneur

Formez-vous et devenez Certifié à une méthode inégalée de Business Design pour accompagner tout type de projet complexe et incertain vers la création de valeur.

A la fois proche des acteurs, mais extérieur au projet, ils aideront les entreprises innovantes dans leurs stratégies ou leur levées de fonds.

Pour bien comprendre son rôle, je me permets de revenir sur la définition même du coaching, qui consiste en une approche du développement personnel ou professionnel d’un individu par le suivi et l’aide d’une autre personne.

Dans le cas qui nous intéresse, ces derniers doivent donc assister l’entrepreneur dans son aventure, accélérer son acquisition de compétences et améliorer ses prises de décisions. Alors que la plupart des jeunes entrepreneurs n’ont d’autres choix que d’apprendre par l’itération et l’erreur, le coaché prend un raccourci non négligeable.

Ainsi, que ce soit aider à la réussite de projets innovants, à la création ou à la levée de millions d’euros, ce « métier » a de quoi faire rêver. Quoi de plus valorisant que d’aider à la réussite d’autrui ou que d’aider à développer le potentiel d’un individu ?

Vous vous en doutez certainement : il n’existe bien entendu pas de formation de coach pour startups. Il s’agit d’une démarche d’apprentissage très longue, que nous évoquerons plus tard.

De même, je remarque que très peu de personne savent réellement en quoi ce travail consiste ou bien en ont une vision erronée.

Il ne faut en effet pas les confondre avec les mentors que l’on trouve au sein des incubateurs. Un mentor agit à un niveau plus affectif, sur l’entrepreneur comme sur le projet en lui apportant un soutien. Si le coach peut parfois prendre cette casquette, il est là pour enseigner des techniques spécifiques afin de répondre à des problématiques ciblés.

Ainsi qu’en est-il réellement ? Quel sont les réalités de cette activité, qu’apportent-t-ils vraiment ou encore quel revenu peuvent-ils en espérer ?

C’est à toutes ces questions que nous allons répondre pour vous faire une opinion sur cette fonction originale.

Quand et pour qui intervient il ?

En effet comme je l’ai précisé plus tôt, les entrepreneurs et créateurs font face à des situations variées et spécifiques. Ainsi tous n’ont pas les mêmes besoins et ne peuvent se faire coacher de la même façon. D’une équipe ou d’un projet à l’autre, il n’est pas possible de répliquer les stratégies et business plan.

Mais la vraie différence majeure entre chaque coaching, c’est l’avancée du projet.

A quel stade intervient un coach ?

Généralement les entrepreneurs font appel à un coach à un moment bien spécifique de leurs aventures entrepreneuriales.

C’est généralement la rencontre d’un problème particulier, l’arrivé d’une période compliquée ou l’atteinte d’un certain point de développement qui sera le déclencheur de la décision.

Cela peut arriver dès la création, ou lors d’un pic de croissance : ce sera une situation que l’équipe ne saura pas gérer par manque d’expérience.

Ainsi les besoins d’accompagnement existent à tous les stades mais ne feront cependant pas appel aux mêmes types de professionnels.

Des séances de coaching privé ou un programme d’accompagnement complet par un coach indépendant représentent un coût non négligeable.

Ce genre de coach intervient donc généralement auprès de startups et business disposant déjà d’une trésorerie pouvant supporter cette charge.

Ainsi la plupart des coachs privés interviendront pour aider la croissance et le développement de l’entreprise. Beaucoup de nouveaux process, de recrutement et de gestion notamment, sont à mettre en place.

Mais ce type de coach ne représente pas la majorité. Pour la plupart ils travaillent dans des structures publiques et privés de types incubateurs ou accélérateurs.

En regardant de plus près on s’aperçoit que 90% d’entre elles sont publiques, avec des moyens réduits et survivant par le biais de subventions.

Etant souvent plus accessibles et peu chers, les équipes d’entrepreneurs encore en phase de lancement favoriseront davantage ce choix.

Les coachs de ces incubateurs seront donc majoritairement experts sur les problématiques liées au lancement, à la validation du marché et aux premières ventes. Souvent d’ailleurs leur métier est un mixte entre le mentora, le coaching et l’expertise.

En fonction de vos compétences et de la méthode d’accompagnement avec laquelle vous voulez travailler, il sera alors pertinent de se demander sous quel format vous voulez travailler et avec qui.

Qui fait appel à un coach

Faire appel à un coach n’est pas un acte anodin, le créateur reconnait son manque de compétences à l’instant donné et admet avoir besoin d’une épaule pour l’aider.

Il s’agit presque systématiquement de sa toute première start up, et fera face à des dilemmes et problèmes inédits qu’il n’est pas prêt à affronter.

Pour ceux qui souhaitent valider un projet ou font face à des difficultés pour trouver des clients ou un business model, le problème est souvent lié au soft skills.

Le coach aura certes besoins de compétences techniques pour les aider efficacement mais il devra surtout faire preuve d’empathie. Quels sont les problèmes de mindset ? Quels sont ses croyances limitantes ? Qu’en est-il de la cohésion d’équipe ? Ont-ils assez de recul sur le projet ?

Ces derniers ont besoin d’un accompagnement humain, d’une épaule sur laquelle s’appuyer en cas de problème. Il est important pour eux d’avoir une vision très critique de leur travail, qu’ils ne peuvent avoir, engagés comme ils le sont dans le projet.

En revanche l’accompagnateur assistant une startup en hyper-croissance, qui accumule les levées de fonds pour réussir à assumer son développement, devra posséder des compétences beaucoup plus précises.

Les erreurs stratégiques coûtent de plus en plus cher, les compétences nécessaires se multiplient et le temps pour les acquérir diminuent. Habitué à l’itération, l’entreprise perd la flexibilité que lui offrait autrefois son faible chiffre d’affaire.

Il faut recruter, manager, gérer des dépenses de plus en plus nombreuses, assurés un BFR sécurisant, et changer toute la structure et le fonctionnement de l’entreprise. Vous vous en rendez compte, il est compliqué de coacher efficacement un tel profil si l’on n’a pas soi-même déjà fait face à ces problématiques et à toutes les difficultés qui en découlent. La plupart des coachs sont donc des entrepreneurs accomplis, pouvant apporter un regard expérimenté et une expertise ciblée.

Quel parcours et quelle évolution ?

Bien que l’on retrouve certains codes récurrents chez les coachs et leurs méthodes d’accompagnement, il n’existe pas de règles précises.

Pour beaucoup c’est avant tout une relation d’humain à humain, et les attentes de chacun influenceront beaucoup la collaboration. Certains préfèreront un coach chaleureux avec qui discuter de façon cordiale et plaisanter, d’autres apprécieront une relation plus distante et professionnelle.

Retenez que le rôle d’un coach n’est pas simplement d’apporter connaissances et compétences que vous auriez pu acquérir un peu plus difficilement ailleurs. Il doit vous suivre, vous accompagner et vous épauler à moyen/long terme.

Pour cette raison il n’existe pas de méthode définie pour devenir coach, de même qu’il n’existe pas de méthode de coaching universelle ou de système tarifaire commun.

Certains choisissent de fonctionner à la séance, tandis que d’autres préféreront travailler au mois ou même au programme, avec des objectifs et deadlines précis.

Mais alors que devez vous savoir si vous souhaitez vous lancer dans l’aventure du coaching ?

Quelles qualités, compétences doit-il avoir ?

Les premières qualités indispensables dont il sera difficile de se passer sont l’écoute et l’empathie.

Vous devrez faire face à des être humains aux parcours et aux modes de pensés différents, pour qui l’entreprise qu’ils sont entrain de bâtir représente souvent toute leur vie.

Vous devez alors être capable de comprendre qui est en face de vous, quels sont ses besoins, ses blocages en plus de comprendre la startup. Il est impossible de connaître tous les marchés, tous les secteurs et les codes qui leurs sont liés, vous devrez donc être capable rapidement de vous imprégner de l’univers de l’entreprise.

Certains coachs choisissent d’ailleurs de se spécialiser dans un domaine d’expertise en particulier, souhaitant mettre à profit leurs compétences et expériences d’un marché qu’ils ont déjà appris à connaître et à apprivoiser.

Il parait évident qu’un coach travaillant au sein de BIC Montpellier devra être expert des domaines de la santé ou des biotechnologies. De même un accompagnateur de l’accélérateur CD2E ne peut espérer être efficace sans connaissance réelle des problématiques liés aux énergies renouvelables ou à l’économie circulaire.

Bien sûre il est possible de délivrer un coaching de qualité sans avoir un parcours ou une expérience identique, de même que les certifications ou les références ne sont pas une nécessité. Mais vous devez vous rappeler que faire appel à ce genre de prestataire n’est pas un acte anodin pour un entrepreneur, et vous le rassurerez d’autant plus que votre parcours entrepreneurial vous rendra crédible.

Lire des livres, réaliser des moocs et payer des formations ne vous apportera jamais l’expérience d’une réussite ou d’un échec entrepreneurial. Il ne faut pas voir cette profession comme un objectif mais plutôt comme la finalité d’un long parcours durant laquelle vous acquerrez expérience et compétence.

Tapez coach en startup sur google : vous ne trouverez aucune information, peu de conseils et presque aucun descriptif de cette profession.

Tous sont en réalités des entrepreneurs aguerris qui ont décidés d’investir du temps, et parfois de l’argent, dans de jeunes entreprises à haut potentiel de croissance.

Cela est vrai même au sein d’incubateurs plus modestes, comme par exemple Manufactory de l’Université Jean Moulin Lyon III. Sans y retrouver de grands noms d’entrepreneurs ayant eu un succès retentissant, les mentors et coachs que vous y trouverez ont tous vécu une aventure entrepreneuriale qui leur est propre.

profil d'entrepreneur

Formez-vous et devenez Certifié à une méthode inégalée de Business Design pour accompagner tout type de projet complexe et incertain vers la création de valeur.

Quels tarifs pour quels types de clients ?

Ici il va être important de bien différencier différents types de professionnels.

Pour commencer on retrouve les coachs ayant fait le choix du salariat au sein d’incubateur publics et privés. Ils sont rémunérés par la structure pour accompagner les entrepreneurs incubés ou accélérés.

Dans un modèle un peu différent il existe des mentors qui se rémunèreront par le biais de participation dans le capital de l’entreprise. La plupart de ceux qui suivent ce modèle travaillent au sein d’accélérateurs, souvent privés. Ils ont ainsi un intérêt encore plus important à voir l’entreprise réussir qu’ils bénéficieront d’un retour conséquent sur sa réussite. Certains d’entre eux ont d’ailleurs également la casquette de capital risqueurs ou business angel.

Les derniers enfin s’apparentent davantage à des consultants externes. Ils sont indépendants et font payer leurs prestations, que ce soit à la journée, à l’année ou au programme.

La plupart calculent leurs tarifs en fonction de la valeur qu’ils estiment apporter au développement de l’entreprise.

Pour une seule journée, les prix sont très similaires à n’importe quel service de consulting allant de 500 à 1000 euros en moyenne, pour aller jusqu’à plusieurs milliers d’euros pour les plus célèbres d’entre eux.

Mais une seule séance d’une journée ne suffira pas à coacher efficacement et beaucoup préfèreront travailler sur des périodes plus longues, avec des tarifs au mois allant de 1000 à 5000 euros, ou sur des programmes complets, qui eux peuvent monter jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros pour les meilleurs.

Retenez cependant qu’il s’agit d’une activité de service non scalable, et il sera impossible de délivrer un coaching de qualité si vous travaillez sur un trop grand nombre de clients à la fois.

Révélez votre talent d’entrepreneur !

Vous caresser secrètement des rêves d’entrepreneuriat et de création d’entreprise ? Vous avez envie de vous lancer dans la réalisation d’une idée ou d’un projet qui vous tient à cœur ? Vous avez toutes les bonnes raisons de penser que votre idée à de la valeur. Retrouvez sur cette page un récapitulatif de ce que signifie « Devenir entrepreneur » et plongez-vous dans l’aventure entrepreneuriale en validant une à une vos hypothèses et en confirmant votre marché.

Pour accompagner les porteurs de projets, l’offre d’incubation française est l’une des plus dense du monde. Mais pour choisir l’incubateur ou l’accélérateur qui vous aidera à atteindre les étoiles, il convient d’identifier les avantages et inconvénients des incubateurs privés et publics.

Devenir entrepreneur n’est pas chose facile et l’administratif ne rend pas l’aventure plus simple. Facteur de réussite, l’accompagnement en plus d’aider à se développer soi-même en tant qu’entrepreneur permet de se former et d’avancer sur la globalité de son projet. Découvrez les ficelles de l’accompagnement des entrepreneurs & startup !

Incubateurs, accélérateurs, pépinières ou encore couveuses, ces structures ont bien des noms mais ont toutes un même objectif : Prêter main forte aux entrepreneurs dans un pays où la culture entrepreneuriale est au mieux balbutiante. La mission est louable mais cela à un coût… Alors comment se financent les accélérateurs de startup ? Combien coûtent les incubateurs aux entrepreneurs ?

Qu'avons-nous appris ?

  • Bien que nous ayons pu comparer coachs et consultants, sachez que nous ne parlons ici que de la méthode de rémunérations de certains. Les deux métiers n’ont rien à voir et il est important que vous en compreniez la différence si vous souhaiter vous-même vous lancer dans le coaching.
  • Un consultant est là pour apporter des réponses qu’il connait à un problème spécifique, sans nécessairement se soucier de l’apprentissage qui en découle pour son client. Il préfère d’ailleurs conserver son expertise pour travailler le plus longtemps possible avec ce dernier.
  • Les coachs eux créent un contexte d’apprentissage afin que leurs clients trouvent seuls des réponses à leurs problèmes immédiats tout en les préparant à faire face, sans aide, aux futurs problèmes qu’ils rencontreront. Ils travaillent activement à ce que l’entrepreneur n’est plus besoin d’eux.
  • Ici l’objectif était de vous faire comprendre concrètement la fonction de coach en startup sous tous ses aspects.
  • Ce qu’il faut vraiment retenir c’est qu’il ne s’agit pas d’une profession dans le sens classique du terme. Il n’y a pas de formation ou de cursus précis et je pense qu’il est important de ne pas le voir comme un premier objectif.
  • Les compétences nécessaires pour coacher un entrepreneur dans son lancement ou son développement ne peuvent s’acquérir que par l’accumulation d’expériences professionnelles et entrepreneuriales fortes. Les meilleurs coachs ont souvent derrière eux une carrière riche qu’ils souhaitent, à un moment de leur vie, mettre à profit pour aider de jeunes entrepreneurs. Ne vous méprenez cependant pas, vous n’avez pas à avoir fondé une licorne ou levée 300 millions d’euros pour prétendre à ce poste. L’important est simplement que toutes vos compétences soient validés par des mises en pratiques concrètes dans vos projets passés. Connaître par cœur les théories du lean startup, de la création de stratégie ou du management ne valent rien si vous ne les avez jamais vous-même misent à l’épreuve.
  • Si vous êtes encore jeune et avez peu d’expériences, je vous invite à vous rapprocher d’incubateurs publics, notamment ceux d’écoles ou d’universités. Vous y trouverez des accompagnateurs expérimentés et surtout ouverts, qui seront prêts à répondre à toutes vos questions et peut être même vous donner votre chance.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Nous n’écrivons pas souvent, vous ne recevrez que nos plus belles pièces de contenu pour faire avancer votre projet.